Up Outdoor Cinema (Lozenets)

Sur la côte de la mer noire, à quelques kilomètres de la frontière turque, la petite ville balnéaire de Lozenets accueille depuis deux ans un cinéma éphémère, le UP OUTDOOR CINEMA.

Perché sur une corniche face à la mer noire, le dôme blanc du cinéma UP OUTDOOR CINEMA offre un spectacle étonnant. La structure a d’abord été conçue par la compagnie de design basée à Sofia GARAGE -ГАРАЖ en bulgare- afin d’être louée pour des événements. Alors que l’été, la structure inutilisée dormait dans les locaux de la compagnie, les membres ont eu l’idée d’en faire un cinéma. “On voulait faire quelque chose hors de Sofia, quelque chose pour nous, on avait ces structures, on a regardé un film avec une amie dans le dôme et on s’est dit qu’on devrait faire ça, un cinéma dans un endroit sympa.” commence Mihaela Mihaylova, directrice de GARAGE. C’était aussi l’occasion de pallier à un manque “En Bulgarie, il n’y a pas de cinéma où l’on peut voir des films dans des conditions confortables, prendre un verre et se retrouver avec des amis” continue Mihaela. Rapidement, l’envie de s’installer au bord de l’océan est mise en avant et le projet UP OUTDOOR CINEMA s’installe à Lozenets, ville balnéaire “pour la mer, pour le lieu et parce qu’on a beaucoup d’amis ici”.

Il y a souvent un manque de réflexion à propos de l’expérience du spectateur, comment on pourrait l’améliorer, en terme de design, en terme de modelage de l’espace, on voulait créer un espace relaxant.

Le succès du lieu éphèmère, qui doit régulièrement refuser des spectateurs, a eu un impact direct sur Lozenets, qui ne possède pas de cinéma. Si GARAGE a du payer la location de l’espace la première année, en 2015, la mairie a décidé de l’offrir devant la plus-value apportée par le projet à la ville.

Construite en 24h par une équipe de 5 personnes, la structure de 10 mètres de diamètre (existant aussi dans une version de 5 mètres et de 15 mètres) peut accueillir jusqu’à 30 personnes. Le mobilier intérieur a été conçu spécialement, des poufs (lazy bags) à l’espace bar, en passant par des sièges enfants repliables. Un soin apporté aux détails qui s’inscrit dans une pensée plus globale “Il y a souvent un manque de réflexion à propos de l’expérience du spectateur, comment on pourrait l’améliorer, en terme de design, en terme de modelage de l’espace, on voulait créer un espace relaxant.” Ouvert toute la journée de juillet à début septembre, le cinéma attire une mixité de publics à la fois bulgares et internationaux. “Ici ce n’est pas juste à propos des films, on peut passer du temps avec ses amis autour d’un verre, écouter de la musique”. Le cinéma propose aussi une connexion internet ouverte à son public et des boissons. En échange d’une diffusion en avant séance du logo de la marque, Heineken a fourni le stock de bières pour toute la saison, laissant les recettes de la vente au cinéma.

Etant équipé d’un projecteur 4K ne lisant pas les clefs cryptées (KDM), le cinéma n’a pu avoir accès qu’aux films européens et indépendants. Une limitation qui n’a posé aucun problème à l’équipe “Quand on a commencé on s’est dit que nous voulions de toute façon ce type de films“. Novice en terme d’exploitation, l’équipe prend contact avec le Sofia Film Festival qui s’occupe de la programmation, fournit certaines copies, la structure gérant le festival étant aussi distributrice de films en Bulgarie. Pendant le festival, certaines oeuvres du Sofia Film Festival sont ainsi diffusées en parallèle dans la capitale bulgare et à l’UP OUTDOOR CINEMA. Les films proviennent aussi du festival Kinomania et de cinéastes indépendants qui demandent directement au cinéma d’y être diffusé. Le cinéma propose une sélection d’oeuvres allant de White God de Kornél Mundruczó à Deux jours, une nuit des frères Dardenne en passant par Le Sel de la Terre de Sebastião Salgado ou encore Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifrón. Un festival de film de surf local a aussi pris place sous le dôme pendant deux nuits en partenariat avec une école de surf locale.

Pour les années à venir, l’équipe envisage d’installer d’autres dômes pour élargir encore les propositions cinématographiques. Si les lieux n’ont pas encore été décidés (une forêt ? une autre plage ?), la souplesse de construction de la structure et son faible impact sur l’environnement permet une variété de possibilités.

Le projet, né d’une envie de s’évader, a su trouver une juste balance économique pour l’équipe de GARAGE. “On ne perd pas d’argent, on ne gagne pas d’argent, mais c’est aussi une forme de publicité pour notre compagnie” Mihaela conclu : “C’est devenu notre bureau d’été, on travaille l’hiver pour faire un cinéma l’été !”.