Toldi Mozi (Budapest)

Cinéma art et essai la journée, le Toldi se transforme en boîte de nuit le soir. C’est un lieu culturel populaire à Budapest qui a toujours été plus qu’un simple cinéma. Véritable point de rencontre des jeunes hongrois, le Toldi diffuse des films indépendants pointus, accueille des festivals cinématographiques et organise de nombreux concerts et des fêtes chaque semaine dans son bar, le très réputé Toldi Klub.

Le Toldi Mozi est le cinéma des jeunes créatifs, des étudiants mais aussi des passionnés de musique électronique car une salle de concert est installée dans le bar et cinq fois par semaine, des soirées sont organisées après la dernière séance de cinéma, à 23h. C’est l’équipe du bar qui est en charge du programme musical mais aussi de certaines séances de vidéo-clip qui ont lieu dans la salle de cinéma. Ils choisissent des clips de groupes hongrois ou internationaux contemporains, récupèrent les droits et sont en charge de la séance. Ces séances ont eu un succès incontestable en soirée, où un public nouveau découvre l’activité cinéma.

Nous partageons l’idée que le public qui vient ici ne vient pas juste pour voir des films mais dans un lieu social de croisements. Et le Toldi est un lieu de rencontres très fort.

L’événement le plus populaire du cinéma est très certainement le Film Food Fighters : une soirée qui mêle poésie slam, improvisation théâtrale et nourriture. Des acteurs improvisent en slam autour d’un film célèbre dont le titre n’est connu ni par le public, ni par la majorité des acteurs sur scène. Et pour encore plus de satisfaction, la nourriture et les boissons proposées dans ces soirées sont en lien avec les films. « Les tickets sont tous vendus un mois avant l’évènement, c’est un grand succès à chaque fois. » nous confie Orsi Farkas, assistante programmation. Le Toldi Mozi organise un autre évènement connecté à la nourriture, les Creative Mornings, des conférences matinales mensuelles pour créatifs autour d’un petit déjeuner.

Les festivals ont une place privilégiée au Toldi. Ils accueillent chaque année TITANIC, le festival de films internationaux hongrois durant lequel ils diffusent des films qui n’ont pas encore de distributeurs. Ils ont aussi mis en place un festival cinéma autour de l’immigration et de la migration, le Colosse Festival, soutenu par le European Integration Fund. Durant quatre semaines, ils ont diffusé des films autour des cultures étrangères par thématique/géographie : les Balkans, l’Amérique Latine, la Russie, la Chine. « Nous avons essayé de rapprocher les publics hongrois de ces peuples, de leurs problèmes, pour leur montrer comment les gens vivent ailleurs avec des séances, des débats mais aussi des repas, de la musique et de longues discussions ».

L’entreprise Budapest Film zrt possède ce lieu depuis 1992. Beaucoup de cinémas ont fermé en Hongrie durant ces dix dernières années : manque de fonds, numérisation des salles coûteuse, changements politiques, les causes sont multiples. Ce qui rend la situation si spéciale en Hongrie, c’est le monopole du groupe Cinema City qui possède 90% des cinémas du pays, comme en Roumanie. « C’est la raison pour laquelle nous essayons de développer nos actions auprès du jeune public. C’est très important qu’ils voient des films mais surtout de les emmener les voir au cinéma. Pour certains d’entre eux, c’est une expérience étrange car ils ne sont jamais venus avant ». Le réseau de cinémas art et essai Budapest Films possède six cinémas dans la ville, et deux espaces de location avec 10 000 titres de films classiques. « C’est un autre moyen que nous utilisons pour partager le cinéma ».

Ils organisent des séances de contenus alternatifs : des courts métrages, des concerts, des clips et souhaiteraient aussi montrer des séries mais sont pour le moment limités par les droits. Ils travaillent en coopération avec des structures culturelles comme la Fondation Japonaise, des écoles comme la MONA, l’Université Hongroise des Arts. Les étudiants de la MONA diffusent leurs films de fin d’études au cinéma mais fabriquent aussi des courtes vidéos pour présenter le cinéma avant les séances. « Nous sommes un endroit où les gens se retrouvent, pas uniquement un cinéma. Nous partageons l’idée que le public qui vient ici ne vient pas juste pour voir des films mais dans un lieu social de croisements. Et le Toldi est un lieu de rencontres très fort ». Le BKF, le Collège de Communication de Budapest, organise une séance Filmheroes Film Club où des professionnels de l’industrie du cinéma viennent parler de leur expérience aux étudiants. La moitié de la salle est réservée aux étudiants, l’autre moitié est ouverte. Des Quizz Nights sont organisées par les blogueurs de The Middle of the Seven Road pour les cinéphiles et posent des questions en montrant des extraits. « Tous ces évènements contribuent à faire du Toldi Mozi une plateforme de rencontres ».