Le Numax (Saint-Jacques de Compostelle)

Ouvert depuis le mois de Mars 2015, le Numax est un cinéma organisé sous la forme d’une coopérative de travailleurs sans but lucratif où cohabitent une librairie, un café et un laboratoire de création graphique et vidéo.

Niché à deux pas du centre historique de Saint-Jacques-de-Compostelle, le Numax est le premier cinéma de Galice diffusant des films exclusivement en version originale et l’unique salle dans le centre de la ville. La bruine accompagne notre voyage depuis le départ, et c’est dans les rayons de leur librairie que nous trouvons refuge. Coffret de DVD de Jacques Tati, vente du dernier numéro des Cahiers du Cinéma et à l’affiche la ressortie de Mauvais Sang de Leos Carax, le cinéma français est à l’honneur lors de notre visite. Ramiro Ledo, responsable du cinéma et réalisateur, nous rejoint autour du bar et nous raconte la génèse du projet. « Si tous les cinémas ferment, pour voir des films, il faut ouvrir ton propre cinéma » commence Ramiro.

Si tous les cinémas ferment, pour voir des films, il faut ouvrir ton propre cinéma

En 2013, les cinq fondateurs, Ramiro Ledo, Irma Amado, Pablo Cayuela, Xosé Carlos Hidalgo et Antonio Doñate, s’associent pour créer le Numax. Le nom du cinéma est directement inspiré du documentaire de Joaquín Jordá, « Numax », un film où un groupe de travailleurs de la fabrique d’électroménagers Numax s’organise pour reprendre la production de manière autogérée. Après deux années de dur labeur, ils décident de changer de vie, d’abandonner la chaîne de production et de financer ce film avec les 600 000 derniers pesetas de leur caisse de résistance. En écho à cette histoire, la création du Numax est l’opportunité pour l’équipe de repenser en profondeur la structure de fonctionnement des lieux culturels et de rapports entre les travailleurs. C’est une forme de réponse créative à la crise économique, une proposition concrète pour changer les conditions de travail.

Dans la continuité naturelle de cette réflexion, le financement du projet se démarque des méthodes traditionnelles, privilégiant une alternative aux banques : la coopérative de crédit Coop 57. Toutefois, pour obtenir un crédit de 300 000 €, il leur faut des garanties solides. Ils décident alors de faire appel à la communauté par le biais d’une campagne publique. « Toute la campagne a été très détaillée et transparente, c’était comme un leitmotiv. Nous indiquions tout, y compris notre salaire, qui est le même pour tous. » précise Ramiro. Ce sont 182 personnes qui répondent à l’appel public et qui permettent au Numax d’obtenir le crédit nécessaire à la mise en place du projet en se portant garant pour une somme allant de 1 000 à 5 000 €. De leur côté, les fondateurs du lieu avancent chacun la somme de 8000 € et sont soutenus par la professeur et universitaire Margarita Ledo Andión qui complète le financement par un apport au capital social de 24 000 €. « Nous avons un réseau à Saint-Jacques-de-Compostelle et une forte relation avec la communauté. Il était impossible de mettre ce projet en place ailleurs car il a besoin d’une relation de proximité qui va un peu au-delà de l’investissement professionnel. Il aurait été impossible de trouver 182 garants autre part, et même si beaucoup d’entre eux viennent d’ailleurs dans le monde (Brésil, Paris, Londres),80% sont des locaux. » souligne Ramiro. S’ajoute à ce financement communautaire une aide à la création d’entreprise du fond FEDER en Galice. Le Numax ne bénéficie d’aucune aide à la digitalisation ou au fonctionnement.

Le financement rassemblé, Habitat Social -un groupement d’architectes aussi organisé en coopérative de travailleurs- s’attelle à la conception et à la construction du cinéma. Le 13 mars 2015, les 182 garants ont le bonheur d’assister à la première projection au Numax. Au programme, le film « Au loin s’en vont les nuages » d’Aki Kaurismäki. Le réalisateur, informé de l’occasion, fait la surprise de venir célébrer l’ouverture avec l’équipe et les spectateurs. Cinq mois après ses débuts, le cinéma a déjà accueilli 10 800 spectateurs, séduisant un public mixte et de tout âge, avec de nouveaux spectateurs chaque semaine.

Avec chaque semaine deux nouveaux films à l’affiche, la programmation du cinéma s’articule autour de trois grandes lignes : des premières en VO, des films de répertoire numérisés et une section de recherche appelée Les Yeux Verts1 avec des films qui repensent les manières de voir et de raconter comme The Joycean Society de Dora García, Lejos de los árboles de Jacinto Esteva ou Letters to Max de Eric Baudelaire. « L’idée c’est de passer des films de « recherche et découverte » qui ne sont pas distribués en Espagne. Nous sommes des gens du cinéma qui aimons voir des films, qui écrivons des critiques, faisons des études autour du cinéma et allons en festival pour découvrir des oeuvres. De nombreux films n’arrivent pas au public et nous serions heureux de travailler pour les diffuser dans les mêmes conditions techniques que d’autres films. » complète Ramiro.

Au-delà des séances cinématographiques, le lieu abrite d’autres activités : une librairie, un laboratoire graphique & vidéo et un bar dont les fonctionnements distincts ont été réfléchi pour s’associer organiquement. « Repenser chaque activité et l’intégrer à un nouvel ensemble est un processus créatif qui demande beaucoup de travail » affirme Irma, en charge de la librairie, qui développe de nombreux ponts avec la programmation cinématographique notamment par la mise en place de listes de recommandations : les cinéastes des films diffusés dans le cinéma proposent une liste de leurs livres préférés.

Le laboratoire de création graphique et vidéo est un studio situé dans le sous-sol qui se charge de l’ensemble des visuels du NUMAX. Le soin apporté à la charte graphique du lieu, déclinée sur tous les supports (tickets de cinéma, panneaux informatifs, feuilles de salle, sacs et autres goodies), témoigne de l’attention que l’équipe porte à chaque détail pour créer un ensemble cohérent avec une forte identité. Au-delà de ce travail interne, le laboratoire propose ses services de conception graphique, de production et de post-production audiovisuelle (montage, étalonnage, fabrication de DCP, sous titrage, etc). Une régie publicitaire est née d’un travail graphique pour le festival Sinsal réalisée par le lab qui s’est étendu à la création d’une vidéo d’annonce projetée en avant-séance.

Chacun des travailleurs est responsable de son pôle mais les activités des uns débordent naturellement sur celles des autres. Ils se retrouvent aussi sur une tâche commune, l’accueil du public, qui est un poste rotatif. Une nouvelle associée, Cris Ultreia Silva, est venue prêter main forte aux fondateurs en rejoignant l’équipe dans les premiers mois de fonctionnement.

Depuis peu, le Numax s’est lancé un nouveau défi, la sortie le 4 septembre prochain de leur premier film en tant que distributeur avec Los Hongos, du réalisateur colombien Oscar Ruíz Navia, qu’ils programment eux même et dont ils fabriquent tout le matériel de promotion via le lab.

Animés par un esprit pionnier, fruit d’un travail acharné, l’équipe du Numax, qui remporte cette année le prix du meilleur projet coopératif de Galice, a de nombreuses idées pour la suite : développer l’activité de production, ne cesser d’inventer, et s’associer pour être toujours plus fort. En quelques mots : créer le lieu dont ils rêvent.

Notes

Clin d’oeil à Marguerite Duras, “Les yeux verts” étant le titre d’une compilation d’images et de textes propres que Marguerite Duras a réunit en juin 1980, quand les Cahiers du Cinéma l’ont invitée à coordonner un numéro spécial.