Le Lux à Caen (14)

 

Conçue et construite par des bénévoles de quartier et des compagnons bâtisseurs sous l’impulsion de l’abbé Villain dès 1956, la salle de cinéma paroissiale sera achevée quatre ans plus tard. La salle alimentait le dispensaire et avait pour vocation la diffusion de films familiaux. Cet ancien mono-écran, devenu un lieu de l’Art et Essai en 1967, dispose aujourd’hui des labels Recherche et Découverte, Jeune Public et Patrimoine et Répertoire. En 1995, une deuxième salle est construite puis une 3ème en 2006. Des travaux de restructuration sont menés en 2012. La nouvelle décoration de recyclage de bobines et de vieilles télévisions a été réalisée par le chef décorateur Vincent Deslandes. Un projecteur a été installé dans le hall pour permettre des animations (telles que des vidéos en boucle, etc). Une télévision rétro a été mise en place dans un coin canapé et diffuse un diaporama des activités du lieu. Enfin un ordinateur a été installé au cœur des étagères du ciné-club pour la consultation des films disponibles. Ce sont aujourd’hui 16 salariés soit l’équivalent de 14,3 ETP qui sont nécessaires à l’activité pluridisciplinaire du Lux. Une politique forte d’animation du hall est développée avec le vidéo-club (ancienne « casseteria »), une cafétéria et une boutique dans le hall. Ces activités nécessitent 2 ETP pour leur bonne gestion. La philosophie du Lux est de consommer local, bio et de mener des actions de proximité. Le Lux est aussi chargé des scolaires, de la programmation d’autres salles environnantes, de l’organisation de projection en plein air et de l’éducation à l’image. Ils accueillent notamment les trois dispositifs nationaux : école au cinéma, collège au cinéma et lycée au cinéma ainsi que leurs propres dispositifs. Une centaine d’adhérents actifs, membres de l’association Cinéma Lux, participent à la vie du lieu en apportant leur aide à la caisse, à la projection, au bar et à la diffusion des programmes.

♥ Post-it participatif : les spectateurs sont incités à donner leur avis sur le film qu’ils viennent de voir via des post-il et une affiche installés dans le hall.

♥ Plus petite salle de cinéma du monde : deux fauteuils, un vidéo-projecteur et un écran ont été installés dans un recoin du cinéma. Les spectateurs peuvent visionner des courts métrages expérimentaux, des courts issus du marathon du cinéma mais aussi visionner des films qu’ils ont loué au ciné-club du cinéma.

♥ Projections surprises participatives : les spectateurs votent pour des films d’après une liste de films pré-établie par la salle. Les mieux classés sont diffusés lors d’une soirée et des débats sont organisés autour de chacune des oeuvres. Possibilité de louer ces films au vidéo-club à un tarif très préférentiel pour une durée de 24 heures.

♥ Stages d’analyse filmique, weekend de réflexion cinéphile autour d’un auteur : rétrospective accompagnée de discussions, de réflexion et d’analyse.

♥ Ciné cube : en partenariat avec La Petite Marchande de Films, création d’une salle de cinéma nomade cubique qui peut accueillir des programmations thématiques, des carte-blanches et des avant-premières.

♥ Marathon du court : espace libre de création vidéo ouvert à tous. Les participants ont 48h pour réaliser un court-métrage d’au moins 3 minutes sur un thème donné.

♥ Réalisation collective : les réalisateurs de la ville proposent leur vision de Caen en couplant des courts métrages dans l’optique de n’en former qu’un seul.

♥ Le Lux hors les murs

– A l’université : Le Lux dispose d’une salle de cinéma dans les locaux de l’université de Caen et propose depuis 35 ans des séances dans ce lieu.

– Séances en plein air : projections gratuites en plein air. Une projection de Piranha 3D a notamment été organisée dans une piscine à la tombée de la nuit (avec plus de 600 participants).

♥ Ciné Train : projection d’un film dans un TER.

♥ Le cinéma l’après-midi : diffusion d’un long métrage suivi d’une rencontre (collation offerte).

♥ Petit Lux :  programmation destinée au jeune public.

– Les ateliers d’Aurore : ateliers de sensibilisation au cinéma à destination des enfants. Par exemple, visite d’une cabine de projection, travail sur la lecture d’une image, réalisation de films, etc.

– Révisons nos classiques : programmation de films de patrimoine à destination du jeune public.

■ Espace d’exposition dans le couloir.

Visité le 27 Juillet 2014